Habiterre Habitat partagé habitat participatif Bardage bois écoconstruction Vivre ensemble mutualisation mutualiser Drôme Die Diois Auvergne Rhône-Alpes

20# Habiterre : vivre ensemble

Habitat partagé
Die, dans la Drôme
Année de création : 2011
Une dizaine de foyers
Accueil de groupes, activité potagère
Surface : 2,2 ha
Valeurs : vivre ensemble, mutualisation, entraide
Période de présence : 1 semaine mi-novembre 2021
Distance à vélo depuis le précédent lieu : 188 km
Accueil : groupes dans le gîte, wwoofeur.ses

Cap plein Sud

Fleuve Rhône
Brume matin aube quai gris
Saint-Vallier Drôme Auvergne Rhône-Alpes
Les brumes de l’aube sur le Rhône

Après cette pause lyonnaise qui frôlait la perfection, me voici de retour sur mon vélo. Comme le froid commence à se faire sentir et les journées à se raccourcir, j’assure mon point de chute de la première nuit grâce à BeWelcome. Ce sera la seule fois de mon voyage où j’aurais recours à une application qui met en relation voyageurs et hébergeurs. C’est la charmante Anna qui répond à ma demande. En plus de me faire un très bon accueil, elle me permet de passer une soirée très sympathique avec quelques-uns de ses amis. Son appartement est vraiment situé au bord du Rhône et en repartant le lendemain, une forte brume s’élève sur les eaux et se déplace paresseusement pour offrir un paysage exclusivement composé de nuances de gris.

A travers le Diois

La route D93 qui travers le Diois (le pays de Die) offre des paysages grandioses. Les grands édifices rocheux du Vercors s’élèvent peu à peu et finissent par vous entourer complètement. Par chance, le dénivelé reste faible et je m’enfonce dans ce relief avec émerveillement. Arrivé dans la ville de Die bien connue pour la fameuse Clairette, une petite route très abrupte permet d’arriver à la Combes, le hameau où se situe Habiterre.

Des lieux très harmonieux

Habiterre Habitat partagé habitat participatif Bardage bois écoconstruction Vivre ensemble mutualisation mutualiser Montagnes Drôme Die Diois Auvergne Rhône-Alpes
Un aperçu des montagnes environnantes

Sur un coteau pentu lui aussi entouré de somptueuses montagnes se dressent cinq bâtiments composés de plusieurs appartements disposés en terrasse. Eco-conçus, ils présentent tous la même finition extérieure : bardage en bois et toiture en tuiles arrondies, qui s’intègre très bien dans le paysage. Une grande salle, une cuisine et un gîte occupent les deux premiers niveaux d’un de ces bâtiments et permet aux habitant.es de se retrouver régulièrement ou d’accueillir des stages et des formations. D’autres services sont mutualisés : le chauffage au bois déchiqueté, la production d’électricité grâce à des panneaux solaires, les voitures ainsi que le parking et les trajets pour conduire les enfants à l’école, le potager, le four à pains et l’atelier de bricolage. Même si une forte somme a été nécessaire pour faire exister le projet, l’argent a été principalement apporté par de l’épargne solidaire.

Marc… un pilier

Le projet a été initié en 2011 par deux couples désireux de vivre plus en lien avec le nature, avec des moyens plus écologiques et avec plus de vivre ensemble. Aujourd’hui, une dizaine de foyers vit à Habiterre. Parmi ces personnes, il y a Marc et Maryno. Marc est mon référent pendant mon séjour. Ce grand gaillard sexagénaire au brushing blanc est aimé de tous. Avec les enfants des autres résidents, il se plait à jouer le rôle du grand-père adoptif. Cet homme a exercé de nombreuses professions et possède une bonne connaissance de l’être humain. Sa sagesse est palpable. Ensemble nous philosophons sur la notion de « perfection » …

De quoi faire

Habiterre
Montage d'une serre
Habitat partagé habitat participatif
Bardage bois écoconstruction
Vivre ensemble mutualisation mutualiser
Drôme Die Diois Auvergne Rhône-Alpes
Le montage de la serre en cours

Un matin, nous descendrons vers le bas du terrain d’Habiterre qui comprends 2,2ha. Un bâtiment agricole jouxte un petit verger. Ensemble, nous réalisons plusieurs petits travaux sur le verger et les cultures. La tâche la plus impressionnante est l’arrachage de vieux arbres d’une douzaine de cm de diamètre avec le relevage arrière du tracteur ! Il est étonnant de voir avec quelle facilité la machine les tire hors du sol comme on arracherait un poireau. Avec une petite dizaine de personnes, nous montons la structure d’une serre. Ce travail me permettra de déterminer la meilleure façon de creuser une petite tranchée avec des outils manuels : retirez l’herbe à la houe sur tout le tracé, décompactez la terre à la pioche en avançant tandis qu’une autre personne évacue la terre à la pelle-bêche juste derrière. Pour une tranchée plus profonde, renouvelez l’opération. Côté bricolage, je redresse et répare un escalier extérieur en bois avec Patricia, une habitante d’une soixantaine d’années. Notre duo est plutôt efficace. De même, les boulons d’une table de pique-nique ont besoin d’être resserrés et une assise doit être refaite ce qui m’occupe pendant quelques heures.

Avec les habitant.es

Comme la salle commune est occupée par un stage pendant toute la durée de mon séjour, je ne pourrai pas participer à la vie du collectif dans ses moments en commun sauf pour la dernière soirée où le four à bois extérieur nous comblera de pain chaud et de pizza. J’aurai par contre la chance, en tant que wwoofeur, de prendre mes repas tour-à-tour chez presque tous les habitants et habitantes. Il n’est d’ailleurs pas rare que, pour ces repas, d’autres personnes du lieu se joignent à nous. C’est ça l’habitat partagé !

La beauté intérieure

Les appartements me paraissent très grands mais c’est peut-être mon habitude des logement parisiens qui accentue cette impression. Dans tous les cas, les bâtiments sont modulables et il est déjà arrivé plusieurs fois que des cloisons soient déplacées pour en modifier la taille au gré des départs d’enfants devenu étudiants ou de nouvelles naissances. Les intérieurs sont très chaleureux grâce aux parquets de bois et aux enduits naturels qui adoptent des tons jaunes pales, roses saumons ou ocres.

Un rendez-vous hebdo

Le mercredi matin, j’ai la chance de participer au petit-déjeuner-réunion qui se tiens chaque semaine chez une famille différente, un bon moyen d’allier convivialité et organisation. L’ambiance est bonne. Sur la fin du petit déjeuner, la réunion démarre. Comme à mon habitude et avec l’accordes des participant.es, je prends des notes dans mon petit carnet. Je note principalement des détails sur la forme : la réunion commence-t-elle à l’heure ? Combien de personnes sont présentes ? Y a-t-il un ordre du jour ? Est-ce que les rôles sont définis ? Est-ce que quelqu’un prend des notes ? Est-ce que les personnes se laissent parler ? Est-ce qu’elles s’écoutent ? Est-ce que des tensions sont perceptibles ? Des décisions sont-elles prises ? Comment ? La fin de la réunion est-elle formelle ou bien est-ce qu’elle s’effiloche avec des personnes qui se lèvent comme c’est souvent le cas ?… Ici, l’ambiance est agréable et plutôt sérieuse. Même s’il ne s’agit pas d’une réunion plénière où des décisions importantes sont prises, les discussions avancent. Quelqu’un prend des notes mais il n’y a pas d’animateur désigné.

Habiterre est un habitat partagé que l’on pourrait qualifier de « classique » à l’image de celui que j’ai rencontré à Ungersheim (12#). Le but de ce voyage est de percevoir l’atmosphère de chaque lieu et de chaque groupe. Mon séjour m’a permis de sonder quelque peu le climat qui règne ici et je dois dire que l’ambiance est bonne.

A la fin de la semaine, je reprends la route en sens inverse pour traverser Crest et vivre ma dernière étape avant l’hiver, l’oasis de Serendip (21#).

Bientôt disponible

Retrouver les autres épisodes du podcast Le tour de France du vivre autrement sur les plateformes d’écoute

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *